Dans Gisants, Yohann réunit dans un même mouvement, les derniers gestes des morts. Il questionne la représentation du corps statufié dans une sorte de geste final, hiératique et presque intérieur. Un geste figé afin de faire perdurer les personnalités et les mémoires. De cette manière, Yohann développe une écriture qui se fonde sur un relevé de gestes et de postures dans lesquels sont sculptées les effigies des morts qui ornent certaines tombes depuis le moyen-âge. Chargé de toute les symboliques de ces objets funéraires, Yohann construit un vocabulaire qui réunit les gestes de chacun dans un même espace-temps, dans un même mouvement général. Il donne corps à une sorte d’ultime mouvement chorégraphique de l’humanité s’exprimant face à la mort.

Cette nouvelle création, constitue avec Thymbra et Jay une sorte de triptyque qui, derrière le motif de la mort laissent entrevoir la volonté d’un dépassement des corps et de leurs résistances dans la vie. (BV)

 

Durée – 25 mn
Conception, chorégraphie, interprétation – Yohann Baran
Mise en scène version plateau – Yohann Baran
Musiques – Lamentatione Jeremiae Prophetae (Gregorian Chant) / Nimbes, James Ginzburg & Yair Elazar Glotman, 2014
Version studio tourné au ballet du Nord / Centre Chorégraphique National de Roubaix Hauts-de-France
Réalisation vidéo – Benoit Villain
Production – Association rca5600
Gisants a bénéficié d’un accueil studio // Ballet du nord / Centre Chorégraphique National de Roubaix Hauts-de-France